A ou Passion pour un Ange

26 janv. 17

Il existe de par le monde

Des êtres rares, des êtres d’exception

J’en ai rencontré un, une jolie blonde

Qui m’inspire cette destructrice passion

 

A l’automne de ma vie

Mon cœur s’est emballé une dernière fois

Pour cet Ange plein de vie

Belle comme un cœur et respirant la joie

 

Pourquoi ne l’ai-je rencontrée plus tôt

Pourquoi est-elle si jeune et moi si vieux

Dans mon cœur, elle a planté un couteau

Qui dans mon corps repend un mal mystérieux

 

Nos chemins se sont croisés

Ils se sont séparés.... pour toujours

Et à jamais mon cœur sera brisé

Et elle n’aura rien su de cet amour

Posté par paradoxe37 à 20:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 janv. 14

fin

 

Posté par paradoxe37 à 22:15 - Commentaires [1] - Permalien [#]
31 déc. 13

b_et_heureuse_anneeEn cette soirée de réveillon, je te souhaite tout le bonheur du monde pour toi et tous les tiens pour cette nouvelle année.

Bonne et heureuse année mon Ange !

Posté par paradoxe37 à 23:59 - Commentaires [3] - Permalien [#]
28 déc. 13

lefeudelapassion

Nous respectons la raison, mais nous aimons nos passions.
Émile Chartier, dit Alain

J'essaie de respecter la raison oui... J'essaie, j'essaie !

Posté par paradoxe37 à 20:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 déc. 13

noel

24 décembre... La veillée de Noël

Si il y a une fête dans l'année qui symbolise l'Amour, c'est bien celle-ci. Oui, bien plus que la saint Valentin, plus charnelle, plus exclusive, Noël c'est l'Amour avec un grand A sans concessions, l'Amour fraternel, l'Amour pur !
Je pense à toi, bel Ange, entourée de tes enfants et de ton mari.

J'envie ce mari qui a eu la chance, le bonheur de te rencontrer, de se faire remarquer à tes yeux, de se faire aimer par toi, bel Ange, miracle de la nature.

J'envie ton mari bel Ange de t'avoir aimée, aimée jusqu'à te faire trois magnifiques enfants.

J'envie ton mari bel Ange, de pouvoir te serrer dans ses bras, de pouvoir t'embrasser, de pouvoir t'aimer jusqu'à la "petite mort".

J'envie ton mari de pouvoir vivre tous simplement à tes côtés. J'espère qu'il se rend compte qu'il est l'homme le plus heureux, le plus chanceux de la terre.

Comme chaque année depuis plus de 15 ans maintenant, la soirée sera longue, la nuit sera longue, et je penserai à toi, à ton bonheur, en espérant qu'il durera toujours !


Joyeux Noël bel Ange !

Posté par paradoxe37 à 20:16 - Commentaires [4] - Permalien [#]

21 déc. 13

sagesse

Ce qui distingue le fou du sage, c'est que le premier est guidé par les passions, le second par la raison.

Didier Erasme

 

Je crois que je deviens sage...

Posté par paradoxe37 à 20:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 déc. 13

blog

Nul bonheur, nulle sérénité, nulle espérance, nulle fierté, nulle jouissance de l'instant présent ne pourrait exister sans la faculté d'oubli.

Friedrich Wilhelm Nietzsche

 

L'oubli...

Posté par paradoxe37 à 21:33 - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 déc. 13

Pythagore

N'entretiens pas l'espoir de ce qui ne peut être espéré.

 

Pythagore

Posté par paradoxe37 à 20:26 - Commentaires [1] - Permalien [#]
30 nov. 13

sablier

J'ai laissé le temps au temps

Le temps d'estomper mes maux
Le temps d’écrire tous ces mots
Le temps de moult sanglots
Le temps, du temps…. Peut-être trop.

J'ai laissé le temps au temps

De t’effacer de mes souvenirs
D’enfin arrêter ces soupirs
Parce qu'il faut enfin choisir
puisque je ne peux te conquérir !

J'ai laissé le temps au temps

Maintenant, il est temps
Oui il est temps maintenant
Je ne peux plus reculer
Je ne dois pas reculer

J'ai laissé le temps au temps...

Mettre fin à ce désespoir
Et passer en mode espoir
Reprendre goût à la vie
Et enfin avoir envie, juste envie!

J'ai laissé le temps au temps ...

Je te laisse tout à ton bonheur
Et pour mon plus grand malheur
Je te porterai dans mon cœur
Jusqu'à ce que je meure ...

Posté par paradoxe37 à 20:45 - Commentaires [1] - Permalien [#]
23 nov. 13

1374839_10152572750461494_150439776_n

Posté par paradoxe37 à 18:25 - Commentaires [1] - Permalien [#]
16 nov. 13

Invitation de la Folie

jean

La Folie décida d'inviter ses amis pour prendre un café chez elle.

Tous les invités y allèrent.

 Après le café la Folie proposa :

-  On joue à cache-cache ?

- Cache-cache ? C'est quoi, ça ? demanda la Curiosité.

- Cache-cache est un jeu. Je compte jusqu'à cent et vous vous cachez. Quand j'ai fini de compter… je cherche, et le premier que je trouve sera le prochain à compter. 

 Tous acceptèrent, sauf la Peur et la Paresse.

- 1, 2, 3… La Folie commença à compter.

L'Empressement se cacha le premier, n'importe où.

La Timidité, timide comme toujours, se cacha dans une touffe d'arbre.

La Joie courut au milieu du jardin.

La Tristesse commença à pleurer, car elle ne trouvait pas d'endroit approprié pour se cacher.

L'Envie accompagna le Triomphe et se cacha près de lui derrière un rocher.

La Folie continuait de compter tandis que ses amis se cachaient.

Le Désespoir était désespéré en voyant que la Folie était déjà à 99.

- CENT ! cria la Folie, je vais commencer à chercher...

La première à être trouvée fut la Curiosité, car elle n'avait pu s'empêcher de sortir de sa cachette pour voir qui serait le premier découvert.

En regardant sur le côté, la Folie vit le Doute au-dessus d'une clôture ne sachant pas de quel côté il serait mieux caché.

Et ainsi de suite, elle découvrit la Joie, la Tristesse, la Timidité...

Quand ils étaient tous réunis, la Curiosité demanda :

- Où est l'Amour ? Personne ne l'avait vu.

La Folie commença à le chercher. Elle chercha au-dessus d'une montagne, dans les rivières au pied des rochers. Mais elle ne trouvait pas l'Amour.

Cherchant de tous côtés, la Folie vit un rosier, pris un bout de bois et commença à chercher parmi les branches, lorsque soudain elle entendit un cri : C'était l'Amour, qui criait parce qu'une épine lui avait crevé un œil.

La Folie ne savait pas quoi faire.

Elle s'excusa, implora l'Amour pour avoir son pardon et alla jusqu'à lui promettre de le suivre pour toujours.

L'Amour accepta les excuses.  

Aujourd'hui, l'Amour est aveugle et la Folie l'accompagne toujours...

Fable de Jean de la Fontaine

Posté par paradoxe37 à 20:35 - Commentaires [3] - Permalien [#]
09 nov. 13

Solitude-600x450

Tu m’as laissé seul…

 

Nuit ou jour, je ne fais plus de différence

Tant ma douleur est immense

Un monde où tout est gris

Une vie brisée dans un océan de sauvagerie

 

Tu m’as laissé seul…

 

Je ne suis plus que solitude

Mon cœur saigne de ton absence

Ma vie n’a plus aucun sens

Je fais appel  à ta mansuétude

 

Tu m’as laissé seul…

 

Impossible de t’effacer de ma mémoire

Et pourtant je sais que c’est sans espoir

Te rencontrer augurait un tel bonheur

Aussi grand qu’aujourd’hui est mon malheur

 

Tu m’as laissé seul…

 

Plus d’un an sans te voir

Je ne suis plus que désespoir

Tu m’as laissé seul, simplement

Dans mon enfer, éternellement

Posté par paradoxe37 à 20:49 - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 nov. 13

horloge-molle-surealiste-dali

Le temps s’écoule inexorablement ...

 

Les années sont là

Sans cesse me rappeler

Et me souffler tout bas

Qu’il est inutile d’y résister !

 

Le temps s’écoule inexorablement ...

 

Tu es restée complétement indifférente

A mes sentiments, à cette destructrice passion

A tes yeux, sans couleur, transparente

A tous ces mots plein d’amour et d’adoration

 

Le temps s’écoule inexorablement ...

 

Je me prends encore et toujours à rêver

A te regarder comme autrefois

Ah, si ma vie pouvait ici s’achever

Mais je reste, là ...alors dis-moi pourquoi ?

 

Le temps s’écoule inexorablement ...

 

Je ne te verrai certainement plus

Ton monde n'est plus le mien

Je ne suis pour toi qu’un inconnu

Peut-être même rien, un moins que rien !

 

Le temps s’écoule inexorablement ...

 

Avant que toute étincelle de vie ne m’ait quittée

Je te tends la main, une main ridée

Espérant toujours, avec toi faire un bout de chemin

Je souffre tant ! C’est inhumain !

Posté par paradoxe37 à 19:43 - Commentaires [2] - Permalien [#]
26 oct. 13

Perdu

Je t’ai à jamais perdue ...

 

Il y a déjà bien longtemps

Je ne sais plus vraiment quand c’était

Je t’ai fait comprendre que je t’aimais

Tu es partie … loin ...maintenant !

 

Je t’ai à jamais perdue ...

 

Je t'ai connue dans le passé

Et mon cœur s'est mis à saigner

Je t’ai écrit tant de phrases, tant de mots

Je m'en rappelle… Sans aucun écho !

 

Je t’ai à jamais perdue ...

 

Je t'ai connue dans ce monde bien réel

Et maintenant dans cette blogosphère artificielle

Tu n’es plus qu’un rêve, un mirage, une fiction

Un Ange qui ignorera toujours ma passion

 

 

Je t’ai à jamais perdue ...

 

Je ne suis plus tout jeune maintenant

Je ne serai jamais ton amant

Alors mon Ange, je t’en supplie

Laisse-moi devenir simplement ton ami…

Posté par paradoxe37 à 20:07 - Commentaires [2] - Permalien [#]
19 oct. 13

coeur-page-livreJe n’arrive pas à tourner la page
Celle dans laquelle tu croises ma vie
Je suis enfermé dans une cage
Impossible de s’envoler d’ici ...

Je erre sans faire de bruit
Dans les sentiers de ma vie
J'essaye de trouver mon chemin
dans ce labyrinthe sans fin

Je me perds encore et toujours
Dans mes pensées noires
Mais toujours pleines d’amour,
de tendresse et d’espoir…

J'imagine en toi avoir trouvé une amie
Dans ce monde tellement superficiel
Juste une amie, c’est promis
Oublies, mon Ange, nos querelles !

Je n’arrive pas à tourner la page
Celle dans laquelle tu croises ma vie
Je suis enfermé dans une cage
Impossible de s’envoler d’ici ...

Posté par paradoxe37 à 19:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 oct. 13

509890_69Belle, comme un doux et chaud rayon de soleil,
Comme une perle d'eau sur la tige d'une fleur,
Plus belle encore, que le plus beau des arcs-en-ciel
C'est toi, mon Ange, qui enflamme mon coeur.

Belle, comme un bouton de rose, humide de rosée,
Comme une coccinelle posée sur une feuille,
Toutes les couleurs en moi, tu as su allumer
Et il n'y a que toi qui ravisse mon oeil.

Belle, comme les premières lueurs du soleil à l'aurore,
Sur les monts enneigés, tout blanc
Brillante comme les pièces d’un trésor,
Tu es précieuse et je t’aimerai éternellement.

Posté par paradoxe37 à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 oct. 13

Eternite La femme idéale, c'est celle qu'on découvre quand on est déjà marié.

  Lionel Allard

 

Hélas, mille fois hélas, avec des regrets pour l'éternité !

Posté par paradoxe37 à 21:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
28 sept. 13

1234891_568400866561031_1523595606_n

Posté par paradoxe37 à 20:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 sept. 13

seul

Tu me manques tant ...

 

Je t’ai perdue depuis si longtemps

Ma vie n’est plus qu’un grand vide

Te revoir, t’écouter un instant…

Mais je suis trop candide

 

Tu me manques tant ...

 

Si loin de moi, maintenant

Si présente dans mon cœur pourtant

Sans Toi, mon âme est si sombre

Je ne suis plus qu’une ombre

 

Tu me manques tant ...

 

Impossible de s'habituer

A cette douleur lancinante

Elle va finir par me tuer

Cette souffrance permanente

 

Mon Ange, tu me  manques tant ...

Posté par paradoxe37 à 20:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 sept. 13

Elle a ce petit quelque chose ...

ailleurs

 

Qui la rend si jolie

Son petit air mutin

Que j’aime à la folie

Qui a fait de moi un pantin

 

Elle a ce petit quelque chose ...

 

Qui la rend si délicate

Son corps si frêle, sa démarche féline

Un je ne sais quoi qui la rend chatte

A faire changer d’avis tous les misogynes

 

Elle a ce petit quelque chose ...

 

Qu'elle cache au fond de son cœur

Cette bonté et cette bienveillance

Cette volonté de toujours donner du bonheur

Mais toujours sans complaisance

 

Elle a ce petit quelque chose ...

 

Qu'elle dégage au fil des années

Une aura indéfinissable pleine de douceur

Un regard bleu à se damner

Mais elle est partie, partie pour un ailleurs !

Posté par paradoxe37 à 20:03 - Commentaires [2] - Permalien [#]